Le corps, l'esprit et l'âme

On peut admettre que l'objectif d'une société juste et saine est de favoriser le bonheur et l'épanouissement des individus qui la composent. On peut aussi admettre que cette société ne peut tendre vers ce but que si elle a une juste représentation des besoins des individus qui la composent. Or notre civilisation a une compréhension de l'être humain qui le réduit à son corps et à son mental : et à ces deux-là seulement.

 

Dans notre monde productiviste où l’économie de marché est reine, l’homme est souvent considéré selon ses performances physiques ou intellectuelles. Or l'anthropologie fondamentale nous démontre que l'humain ne peut se réduire à ces deux dimensions, corps et âme (au sens de mental).

De nombreux praticiens de thérapies complémentaires ont toujours soutenu que le psychisme influait sur la maladie et le processus de guérison. 

Spinoza disait que l'esprit et le corps sont une seule et même chose. Les deux ne peuvent en tout cas pas fonctionner séparément. Relier l'esprit au corps, c'est prendre conscience de la richesse entre les deux. Notre corps et nos émotions participent à notre capacité à raisonner et à nous situer au quotidien.

 

Les symptômes qui se déclarent sur une partie de notre corps nous alertent quand quelque chose, dont nous ne sommes pas toujours conscient, ne va pas, quelque chose que nous avons ressenti mais que, pour diverses raisons, nous n’avons pas pu exprimer.  Il est certain que le monde moderne nous apporte un confort matériel, bien plus qu’il n’en faudrait même parfois ! Mais il ne nous épargne pas les tensions, les pressions que nous vivons au quotidien.  Alors que certaines personnes se dévoilent et ne gardent pas les conflits en elles, d’autres n’ont pas appris, par leur éducation, par leur caractère, par peur, par timidité, par honte parfois, à exprimer leurs sentiments, leur histoire, leur vécu émotionnel ... Ainsi, nous accumulons quelque part, toutes les émotions et nous perdons très vite la paix de l’esprit et le bien-être intérieur. Plus tard, c’est notre corps qui va les exprimer sous la forme de maux physiques.   La zone qui est atteinte est une piste essentielle à considérer pour retrouver l’origine d’un malaise ou d’une pathologie. 

 

 

 

 

 

 

 

Résumé : Le premier volume de cette encyclopédie décrit les principes fondamentaux de la Psychosomatique Clinique et présente les bases indispensables à connaître afin de guider la personne malade pour retrouver le chemin de l'amélioration et celui de la guérison. Les premiers principes développent l'idée que la maladie est une solution biologique palliative et transitoire dominée par une source conflictuelle active et possède un sens biologique précis en relation étroite avec la source conflictuelle. En fonction de certains critères, la source conflictuelle psychique se transforme en signes cliniques grâce aux processus de conversion. Enfin, le déclenchement des processus de conversion s'effectue dès que certains seuils de tolérance sont dépassés. Ensuite, les autres principes abordent les différents modes de déclenchement de la maladie, son évolution dans le temps et sa programmation avec les Cycles Biologiques Cellulaires Mémorisés, notre histoire intra-utérine et notre histoire familiale sur plusieurs générations. Enfin, les principes thérapeutiques et ceux de la prévention.

2e75a73708_blob_s1.gif
calèche 1.jpg

Le corps, l'esprit et l'âme,  rassemblés sous forme de la calèche (le corps), l'âme, le passager,  le mental qui se trouve à la place du cocher, et nos émotions qui prennent la forme de chevaux ! 

Pour en savoir plus,  Michel Odoul, nous parle parfaitement de cette vision du corps humain. 

fuir_citation.jpg
9782266188265ORI.jpg

Donner du sens à la maladie .... 

vu par le psychothérapeute Thierry Janssen

Pour en savoir plus sur le corps, l'esprit et l'âme ...